Un bon exemple de mauvaise communication

Au hasard d’un blog, je suis tombé sur ce titre aguicheur « Un week-end offert pour tout le monde ». Trop beau pour être vrai ? Sans doute. Au final ? Une frustration présidentielle. La suite dans la suite.

Sous couvert de « tests géants » organisés par une start-up multi-millionnaire, les inscrits pourront partir vers la destination de leur choix. Tel maître Renard, par l’odeur alléché, j’ai donc cliqué. Au pire, je serais inscrit à une newsletter de plus qui alimentera mes spams Gmail.

Le site en question, travelly.fr semble crédible. Je m’embarque donc dans la procédure d’inscription et renseigne le week end durant lequel je suis disponible. Quelques questions plus tard, ce message « Bravo ! Vous êtes bien éligible à notre offre ! » Bien sûr, au fond de soi, on sait qu’il y a 99% de chances que ce soit bidon. Mais le petit % restant se met à battre un peu fort. En plein milieu de la page, ce bouton « retirer mon pass », l’appel au voyage !

Ah, c’est un bon moment pour une « spoiler alert ». Ceux qui voudraient participer à ce concours, faites-le avant de scroller sous l’image où je dévoile l’entourloupe. Promis, ça ne fait pas mal et c’est donc ici.

Clic. Soudain, c’est le drame. Le lien vers le « pass » mène en fait à la page des services publics pour connaître la procédure pour voter par procuration.

Et voilà ! Une grosse feinte manœuvrée par l’administration… Bien joué ? Oui, on peut dire ça. Mais promis, ce n’est pas le sentiment qui prédominait quand j’ai vu cette vilaine page s’afficher. Surtout que le procédé n’a pas vraiment de logique… Je viens de m’inscrire pour partir. A priori je suis plutôt disponible le week-end en question. Je n’ai donc pas besoin de faire une procuration !

Alors oui, les administrations publiques essaient de se moderniser, de communiquer différemment. Mais là, ça ne touche pas la cible et l’effet post-it voulu est loupé. Au final, une belle frustration, seul, face à son écran. Offrez des vacances, promis, je ferais ma procuration !

Pour moi, un bel exemple de communication loupée. Civisme ne devrait pas résonner avec cynisme.